Je ne m’affirme pas, comment m’améliorer?

Dans chaque école ou lycée, dans chaque classe, nous pouvons observer différents profils d’enfants. En effet, il y a les enfants à l’aise dans la relation que l’on pourrait qualifier d’affirmés. Bien dans leurs baskets, à l’aise avec les profs. D’autres seront plus agités mais toujours à l’aise dans les relations. Certains sont calmes, d’autres apprécient le mouvement, le chahut. On observe également, dans des quantités moindres, certains enfants que l’on pourrait qualifier de « très affirmés » voire trop. Ceux qui ressentent le besoin de parler plus fort, voire d’intimider leurs camarades pour faire passer leurs idées. A l’inverse, on observe également ceux qui ont du mal à défendre leur point de vue, à se faire entendre, et même à se faire respecter… Et quand on y réfléchit bien, tous ces profils se retrouvent dans notre société d’adulte, en entreprise, en club, dans la famille.

« L’affirmation de soi », c’est quoi au juste?

Le point commun aux différents profils qui ont été brossés, est la qualité de l’affirmation de soi.
L’affirmation de soi est la capacité de se faire respecter et de faire entendre son point de vue, tout en respectant autrui.

L’affirmation de soi est une composante primordiale pour le bien être d’un individu. En effet, se faire entendre, se faire respecter, c’est s’écouter soi et se respecter.

Quand y a-t-il un problème?

Un trouble de l’affirmation de soi ou de l’assertivité, peut amener une personne à se taire alors qu’elle n’est pas d’accord, à faire des choses dont elle n’a pas réellement envie … Bref, à ne pas écouter son Moi profond, ses désirs. L’image qu’elle présente aux autres ne serait pas le reflet profond de son être mais plutôt l’image que les autres souhaitent observer d’elle. De plus, ne pas être en mesure de se faire respecter est la porte ouverte à toutes les brimades.
Mais un trouble de l’affirmation de soi peut également mener certains individus à avoir besoin d’ « écraser » les autres pour se faire entendre. Ces deux profils, certes très différents, ont en réalité la même difficulté. Etonnant non?

D’où cette difficulté vient-elle?

Cette difficulté à s’affirmer peut être sous-tendue par une peur d’être rejeté, abandonné. Cette difficulté, bien que passant parfois inaperçue, limite l’épanouissement de la personne. En effet, elle lui renvoie une image erronée d’elle-même et limite son estime de soi.
Lorsque cette difficulté d’affirmation se manifeste par le besoin de s’imposer à tout prix, les conséquences sont également dommageables puisque cette difficulté tronque les relations à l’autre. En effet, les autres ne vous respectent pas réellement, disons plutôt qu’ils vous craignent. Et dans ce cas, peut-on dire qu’ils vous apprécient réellement pour ce que vous êtes? Pas si sûr…

Suis-je concerné ?

Pour savoir si vous possédez une affirmation de vous suffisamment bonne, il faut commencer par se poser quelques questions:

  • Suis-je entendu dans un groupe?
  •  mes souhaits sont-ils établis?  mes demandes sont-elles volatiles?
  • ai-je tendance à m’effacer?
  • Comment est ce que je gère les piques ou conflits au quotidien?

Ces quelques questions vous permettront de vous faire une idée plus précise de votre profil en matière d’affirmation de soi.

Tout cet article, pour vous sensibiliser sur cette notion d’affirmation de soi, primordiale pour évaluer le bien être d’un individu. Nous avons observé une corrélation importante entre le style d’affirmation de soi et l’estime de soi (la propre valeur que l’on s’attribue). C’est à dire qu’un individu ayant du mal à s’affirmer aura des mesures d’estime de soi plus faibles que les individus ayant un style « affirmé/ assert if ».

Un enjeu pour l’épanouissement

Une personne ayant un trouble de l’affirmation de soi, a des difficultés pour exposer ses idées. En effet, il ne considère pas ses idées, désirs ou comportements comme légitimes. Par peur du rejet, il préfèrera se renier, et coller aux attentes d’autrui. Et malheureusement, si cette attitude débute dans l’enfance et n’est pas prise en charge, celle-ci va perdurer. Au fil des années, notre adulte aura perdu le lien avec son être profond, ses désirs, et peinera à trouver sa voie… Qui suis-je fondamentalement? Que souhaite-je faire?

Une prise en charge (psychothérapie en individuel ou en groupe) est donc indiquée pour travailler cette notion d’affirmation et renforcer l’estime de soi.

Le but de cette prise en charge est l’épanouissement personnel. Cette question se travaille tout au long de l’existence. Etre affirmé est un pilier de l’épanouissement.

Hélène Vadot