Mon enfant a des TOC

On entend souvent ces expressions « Il a des TOC! », « c’est devenu un TOC »…
Souvent il s’agit de décrire des comportements ou des pensées répétitives, envahissantes.
Mais de quoi s’agit-il en réalité?
Peut-on considérer qu’un enfant qui a besoin d’un rituel de coucher spécifique, à des TOC?
Et le besoin de se laver les mains à cause des microbes?

Explication:

Comme son nom l’indique, le trouble obsessionnel compulsif, suppose des obsessions associées à des compulsions. Voyons les explications du DSM IV (1):


Les Obsessions sont définies par:
  • des pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes. Ces pensées entraînent une anxiété ou une détresse importante. (par exemple se dire qu’une catastrophe va arriver, qu’un incendie va se déclencher, qu’un objet va se casser…)
  • les pensées, impulsions ou représentations ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant les problèmes de la vie réelle.

 

  • la personne fait des efforts pour ignorer ou réprimer ces pensées, ou les neutraliser.

 

  •  le sujet reconnaît que les pensées, impulsions ou représentations obsédantes proviennent de sa propre activité mentale.
Les compulsions sont:

 

  • des comportements répétitifs (p. ex., lavage des mains, ordonner, vérifier) ou actes mentaux (p. ex., prier, compter, répéter des mots silencieusement). La personne se sent obligée de réaliser ces comportements.

 

  •  les comportements sont destinés à stopper ou  diminuer le sentiment de détresse ou à empêcher un événement redouté

Les obsessions ou compulsions sont à l’origine de sentiments marqués de détresse, d’une perte de temps considérable 

 Quand cela commence-t-il?

Ce trouble apparaît parfois dans l’enfance mais plus souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Il débute soit de façon très graduelle, soit de façon rapide suite à un traumatisme ou un stress aigu.
Lorsque les peurs associées aux troubles obsessionnels-compulsifs (ex: peur de se contaminer…) conduisent à l’évitement (éviter les contacts…) ou à des rituels ou compulsions (ex: se laver les mains), ces comportements réduisent l’anxiété. Cependant, paradoxalement, ils contribuent à renforcer et maintenir la maladie. 



Donc, si vous vous questionnez au sujet de votre enfant, posez vous ces questions:

  • Mon enfant redoute-t-il une catastrophe? Est-il envahit par des préoccupations angoissantes (accident, maladie, mort…)? 
  • Est-il objectivement en souffrance? 
  • comment réagit-il s’il est dérangé pendant un rituel? S’énerve-t-il, son angoisse augmente-t-elle? 

 

Ces questions vous aideront à déterminer s’il est temps de demander de l’aide.

 

Comment un psychologue TCC peut-il aider votre enfant?

En proposant à la fois des techniques:
  • de contrôle de l’anxiété
  • des techniques d’exposition graduelle à la situation redoutée afin de diminuer la charge anxieuse
  • des techniques cognitives visant à modifier les pensées erronées et limitantes.

En cas de TOC, la prise en charge est urgente. En effet, ce trouble a tendance à s’aggraver (obsessions plus nombreuses, rituels plus longs et compliqués…) et à envahir de plus en plus le quotidien de l’enfant.

Le libérer de ses compulsions et obsessions lui permettra de réinvestir l’école, ses copains, la vie quoi!


helenevadot-psy.com
Hélène Vadot
Psychologue TCC
4 rue Louis Morard
75014 Paris

(1) American Psychiatric Assocation, DSM-IV Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Masson, 1996 (version américaine 1994).